Archives mensuelles : décembre 2011

Cadeaux de maîtresses et bons sablés maison!

A Londres, avec Super Nanny qui couvrait Mini miss blabla de cadeaux pour Noel, Pâques et son anniversaire, on offrait en retour des cadeaux je-me-prends-pas-la-tête: chocolats Jeff de Bruges, macarons Ladureé, bref des trucs qu’on rapportait de Paris après les vacances et qui ne demandaient pas trop de créativité.

Mais quand on est FAF avec plein de temps libre, qu’on ne rentre pas à Paris avant Noel, qu’il y a 2 maîtresses, 2 assistantes et 2 chauffeuses trop gentilles de school bus… c’est l’heure de faire les cadeaux de Noel soi-même!

Pour commencer on a préparé des petits sablés « Happy Holidays », parce qu’il faut faire attention ici, on NE SOUHAITE PAS un Merry Christmas aux gens, ils risquent de mal le prendre (rapport à Hanukkah –  à chaque fois qu’il y a un sapin dans une vitrine il y a le chandelier  à 9 branches à côté), et après réflexion on a choisi la recette des petits sablés bretons de ma bible chérie (le livre avec les photos étape par étape, pour être sûre de ne rien rater). J’ai pas mis autant de beurre que dans la recette, pas assez dans le frigo, mais c’était parfait, les sablés sont super bons, bien croquants!

Ensuite, le vrai cadeau. Mini miss blabla qui a adoré regarder me battre avec les noeuds coulissants du bracelet de sa copine a voulu retenter l’expérience, on a choisi cette fois des liens en cuir et des petits coeurs dorés, on les a accrochés aux sachets des sablés (on ne les voit pas vraiment sur les photos, too bad!), les maîtresses étaient super contentes, mission accomplie, OUF!

La recette  des sablés:

90g de beurre

90g de sucre

1 jaune d’oeuf

125g de farine

2g de sel

Travailler le beurre mou en pommade.

Ajouter le sucre et le sel, battre au fouet électrique lentement puis augmenter la vitesse.

Battre jusqu’à ce que le mélange soit crémeux.

Ajouter le jaune d’oeuf et mélanger juste ce qu’il faut pour l’incorporer.

Verser la farine sur la pâte et mélanger jusqu’à ce que la pâte se forme.

Travailler à la main.

Former une boule aplatie et l’envelopper dans du film, mettre au frigo 1/2h.

Sortir la pâte et l’abaisser à 5mm sur le plan de travail fariné.

Découper les sablés à l’emporte pièce, enfourner 14 minutes à 180C.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans blablas de Noël, blablas miam miam

Christmas time

Cette année on ne rigole pas avec Noel!

D’habitude, on achète le sapin vers le 18 décembre, 3 jours avant de rentrer en France, mais cette année le Christmas spirit s’est emparé de nous dès la dinde terminée (métaphore, vu qu’on n’a pas vu l’ombre d’une cuisse de dinde chez les Blabla) et notre sapin était tout beau tout décoré le 1er weekend de décembre (peut-être pour rattraper notre mauvaise conscience de ne pas avoir cuisiné de dinde?)!

Et qui dit mois de décembre dit aussi calendrier de l’Avent.

Je sais pas trop pourquoi, mais mon comportement avec les calendriers de l’Avent ressemble à mon comportement avec les crèmes de jour ou les parfums – je suis incapable de racheter le même 2 fois d’affilée. Il FAUT que je change, c’est plus fort que moi.

L’année dernière on avait fait la guirlande remplie de petites surprises, et à Londres c’était le paradis pour remplir la guirlande: lipsticks cupcakes, stickers à paillettes et surtout bonbons et mini chocolats Cadbury.

Bon vous vous en doutez, on est toujours en train de manger – à notre allure d’escargot – les tricks or treats d’Halloween donc il n’y avait pas grand intérêt à re-donner des dizaines de chocolats à Mini Miss Blabla. Pas de guirlande à surprises donc.

L’année d’avant, j’avais dégoté un calendrier à l’ancienne, en carton, avec des petites images très mignonnes. Quelque chose m’a dit que ce genre de calendrier de la préhistoire allait finir tout poussiéreux derrière le lit.

Donc après avoir hésité à commander sur internet un calendrier Polly Pocket ou Hello Kitty, mon instinct de bonne mère m’a fait faire machine arrière et c’est le calendrier Fisher Price de la crèche qui a atterri chez nous. Tous les jours, on ajoute un nouveau personnage à la crèche, et comme ils sont forts en marketing chez Fisher Price, ils n’ont pas commencé par 3 semaines de chèvres et de moutons mais par Marie et Joseph (respectivement appelés « la ptite dame » et « le ptit monsieur » avant que je me lance dans une explication studieuse à mini miss blabla).

Et ça marche!

Depuis le 1er décembre Mini Miss Blabla bondit littéralement de son lit chaque matin pour sortir un petit bonhomme et l’accrocher dans la crèche, et elle commence à bien comprendre l’histoire de Noel, la crèche, l’étoile du berger, tout ça. Maintenant son bébé s’appelle Jésus donc on doit être sur la bonne voie.

Le seul problème c’est que je ne suis pas sûre que la crèche soit certifiée conforme à la fin du mois de décembre vu que:

– Marie fait partie des dommages collatéraux d’une playdate de la semaine dernière (elle a disparu – pfff, envolée, j’ai retourné toute la chambre et rien.)

– mini miss blabla qui en a marre d’attendre le petit Jésus a décidé que l’ange qui parle aux bergers ferait l’affaire. L’ange a donc pris la place de Jésus.

– mini miss blabla qui est un peu curieuse a apparemment déjà regardé TOUS les personnages de la crèche et trépigne d’arriver au roi mage noir – je précise qu’elle est en période grande fan de La princesse et la Grenouille, et comme chacun sait princesse Tiana est noire, elle a été rebaptisée Princesse Chocolat et comme le roi mage porte une robe il n’en fallait pas plus pour que le rapprochement soit fait: Princesse Chocolat fait partie de la crèche. Je pense que Mini miss Blabla va bientôt me demander où est la grenouille. Ou le prince charmant.

Poster un commentaire

Classé dans blablas de Noël, mini miss blabla

On commence à maîtriser la playdate

Aller à l’école, c’est tout un package.

Mini Miss Blabla apprend plein de trucs, elle revient avec plein de livres/ dessins/ colliers à la maison, elle a plein de copines et elle a plein de trucs à raconter tous les soirs (quand je dis aux autres mamans que j’ai chaque soir le debrief exact du déroulement de chaque journée, elle me regardent avec un air envieux. Apparemment les autres enfants ne blablatent pas. Moi je dis il suffit de leur apprendre à la naissance, c’est une question d’entrainement) (et de modèle parental, ok, je l’admets).

Et bien sûr, on enchaîne les playdates.

Alors je me demande si c’est un truc anglais, ou américain, ou est-ce que c’est simplement lié au fait que l’école se termine super tôt et qu’occuper des enfants à partir de 15h15 tous les jours c’est quand meme super compliqué?

Toujours est-il que mini miss Blabla va chez ses copines après l’école tous les 2 ou 3 jours, et ensuite les copines viennent chez nous.

Et la playdate réussie d’une louloute de 4 ans c’est un savant équilibre de plein de trucs.

Comme elle a 4 ans, on ne dépose pas la louloute chez la copine. On reste chez la copine. Et donc qui dit playdate de petite louloute dit playdate de maman. Quand c’est à la maison, on prépare un goûter qui ressemble à quelque chose. Et on croise les doigts pour bien s’entendre avec la maman et avoir des choses à lui raconter sinon on passe 2 heures à tenter de meubler une conversation avec quelqu’un avec qui on n’a rien en commun.

Très relou.

Meme chose du côté des enfants. Mini miss blabla peut très bien s’entendre avec une copine à l’école et se battre avec elle dans sa chambre pour de sombres histoires de couronne de princesse ou de feutre rose. Je suis pas une maîtresse moi, je vais pas faire la police en continu, surtout quand j’ai une invitée au salon.

Et la cerise sur l’étiquette de la playdate? Le petit cadeau de courtoisie. Pas grand chose, juste un truc pour ne pas arriver les mains vides.

J’ai déjà fait le bouquet de fleurs, le quatre-quart, les sablés, des trucs faciles quoi.

Puis j’ai mis à contribution mon temps libre de FAF en mettant en place l’atelier création de bijoux pour copines. Avec Mini Miss Blabla aux commandes de la réalisation, mais aussi du design (je la replace dans le droit chemin quand ca part en vrille).

Ca donne de véritables oeuvres d’art:

– le sautoir girly avec étoiles, grelot, papillon et gros coeur argenté

– le bracelet personnalisé nom/pompons

Les copines sont trop contentes, les mamans aussi, et en plus, ça permet de meubler une bonne heure de notre soirée de la veille avec Mini miss Blabla, alors franchement, c’est trop le bon plan non?

Sur ce je vous souhaite un bon weekend!

6 Commentaires

Classé dans mini miss blabla, mini miss blabla et l'école

Malade (flash back de la semaine dernière)

Mini Miss Blabla est malade, et c’est bien relou.

Le côté pratique c’est que je ne suis pas obligée de brancher mon ordi et de passer des coups de fil à une chef folle toute la journée (un des nombreux avantages d’être FAF: ce n’est pas la fin du monde quand les virus hivernaux s’invitent chez vous).

Le côté moins sympa c’est d’occuper la louloute qui est d’habitude super open à toutes les activités mais nettement moins avec une grosse bronchite.

Le bain est un bon rapport conscience tranquille/ temps passé (je fais tomber la fièvre ET j’ai gagné une heure). Et après on passe généralement à une valeur sûre: les gommettes et stickers. Ca marche toujours. Petite déception quand Mini miss blabla se rend compte qu’il n’y a plus une seule gommette rose ni dans la série des animaux de la mer, ou de la ferme, ou de la forêt (d’après vous QUI a bien pu commencer par trier toutes les couleurs pour ne coller soigneusement QUE les gommettes roses la dernière fois qu’elle était malade?), mais on dépasse l’abattement et on colle les sticker de princesse, fées, sirènes, et je vous assure qu’on a de quoi faire.

Apres ça se corse.

Il est 10h30 et on commence à tourner en rond. Il est trop tôt pour passer au plan DVD et si on commence Angry Birds maintenant je ne vois matériellement pas comment on peut réussir à tenir jusqu’à 18h (2ème bain).

« On fait un gâteau? Comme ca tu peux lécher le plat? »

« Non. »

« Et si on faisait des sablés? »

« Non. »

(tentative de persuasion) « Attends, tu sais, on s’amuse avec les moules, on fait plein de formes, et après quand c’est cuit on fait des glaçages de toute les couleurs? »

« Non j’ai dit non. »

« Alors des cupcakes? et on décore avec les petits sucres roses et mauves en forme d’étoiles et de cœurs? »

« Non. »

« Du pain? Et c’est toi qui mets les mains dans la pâte? et ça colle et c’est drôle? »

« Non. »

Bon. Changement de stratégie.

« Tu veux faire un dessin? »

« Non. »

« Tu veux jouer à un jeu? memory, domino, mini pêche à la ligne, s’occuper des bébés, petit Poneys, maison de poupée? »

« Non. »

Bon j’ai plus d’idées.

Ah si.

« Tu veux faire de la pâte à modeler? »

« Mmmmmm… » (l’espoir renaît en moi). « D’accord, mais pas de la pâte à modeler de bébé, de la pâte à modeler dure qu’on met au four. »

Ok, je peux faire une anim pâte fimo, ça me va.

« Bon d’accord, on va faire quoi en pâte à modeler? Tu veux faire des croissants? Des tartes? Des petits biberons pour tes bébés? »

« Non. Je veux faire des chaises. »

Aaaaaaargh. Des chaises en pâte fimo. Je vois déjà la scène de crime: la maman incapable de bricoler une chaise en fimo, la louloute qui s’énerve, la maman qui s’énerve, la louloute qui pleure, la maman qui regarde l’heure, qui voit qu’il est 11h, et qui pleure aussi.

Bon je vais chercher sur internet un modele de chaise en pâte fimo. En attendant, j’ai branché le DVD.

Ca va hein, c’est pas Angry Birds, on n’est pas au fond du trou de la honte.

(sur les photos elle n’est pas vraiment malade elle jouait à faire semblant d’être malade, cet été…)

1 commentaire

Classé dans mini miss blabla

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

On dirait que c’est la devise des Américains.

Ca va être rapide: la semaine dernière je prends le bus après avoir déposé Mini Miss Blabla à l’école. D’habitude, ça consiste en quelques étapes assez simples:

– monter dans le bus

– sortir ma Metrocard (meme principe qu’une Oyster car de Londres, sauf qu’elle n’apporte aucune réduction, on est dans le pays du racket, ne l’oubliez pas)

– insérer ma Metrocard dans la machine à Metrocard qui fait bip bip pour dire qu’elle est contente et qu’il y a assez de sous sur ma carte

– récupérer ma carte

– aller m’asseoir

Le problème, c’est que des personnes tout à fait incompétentes mais probablement extrêmement bien payées de la MTA, la RATP locale, ont décidé qu’à partir de lundi dernier ils allaient améliorer le service du bus et changer les règles.

Maintenant, il n’y a plus de machine à Metrocard dans le bus. Pour monter dans le bus, il faut un ticket, un petit ticket genre reçu de CB.

Mais on ne peut pas acheter le ticket dans le bus.

Non.

Il faut faire la queue dehors à une machine automatique, appuyer sur start, insérer sa Metrocard, attendre, attendre encore, et retirer son ticket.

Pas de ticket, pas de bus.

Bien entendu sur les 3 machines qui sont à l’arrêt de bus, il y en a 2 en panne (et on ne peut pas dire que ça fait longtemps qu’elles sont en service après 2 jours).

Autant vous dire qu’entre les gens qui ne savaient pas pour la nouvelle règle et qui montaient dans le bus SANS ticket, ceux qui pestaient contre les machines qui ne marchaient pas, ceux qui ont loupé le bus à cause de la queue à la machine qui marchait… eh ben le service s’est véritablement, que dis-je, visiblement amélioré. Non, vraiment. Si vous avez tout le temps devant vous, un bon bouquin et qu’attendre 20 minutes à chaque fois que le bus s’arrête ne vous fait pas peur, vous allez adorer cette nouvelle façon de prendre le bus. Pour être honnête, ils n’ont pas instauré ça dans tous les bus, seulement quelques bus chanceux dont celui que je prends 2 fois par jour. Peut-etre que c’est un essai pour voir ce que ça donne.

Je déclare donc officiellement les bus new-yorkais encore plus débiles que les bus parisiens. Et c’est du lourd, ce prix.

PS: c’est pas TROP MIGNON cette petite Metrocard en tricot? c’est pas moi qui l’ai faite je l’ai trouvée sur un site de cadeaux pour enfants, c’est un hochet, il y aussi le taxi jaune, et bien sûr la balle de base-ball et le ballon de foot américain…

Poster un commentaire

Classé dans ils sont bizarres ces Americains