Comme une impression de racket

Très légère impression.

A se demander si on ne nous a pas collés une étiquette de pigeons sur le front quand on a passé la douane. Parfois on me donne le prix d’un truc et telle la maman pigeon, je m’entends roucouler en sortant mes liasses de dollars.

On savait que la vie serait chère à New York, surtout à Manhattan, mais en venant de Londres – où tout coûte cher – on n’était pas franchement stressés par ça.

Bien mal nous a pris.

On aurait mieux fait de s’y attendre, ca nous aurait probablement aide à avaler la pilule.

Allez je vois bien que sans exemples, c’est un peu léger comme râlage, alors je vais vous donner du concret. Pas le prix de l’école ou le loyer qu’on paye, ni le coût de 15 minutes chez le pédiatre pour faire remplir une fiche scolaire, ça ça fait partie des trucs auxquels on s’attendait alors ça ne compte pas vraiment (enfin ahem quand même $300 de pédiatre).

Non, prenons par exemple le forfait télé-internet-téléphone, 29,90€ tout compris chez Free (du temps où on vivait en France, mais ca n’a pas dû trop augmenter en 3 ans). Eh ben ici c’est $180 par mois. Et aucune chance d’avoir le moindre appel vers l’étranger inclus là-dedans, ca n’existe pas les formules illimitées vers l’étranger (quel étranger? comment ca, d’autres pays? genre des pays où on parle autre chose que l’anglais???)

On continue avec le crédit de la voiture que veut s’acheter Mister Blabla. Ah oui parce que attention, hein, ici c’est le paradis du crédit, même si tu peux payer cash faut pas le faire, mieux vaut montrer que tu sais correctement t’endetter (et après on s’étonne que ce pays va droit vers la faillite). Alors pour postuler au crédit (vous avez bien lu – postuler), c’est $2500. MAIS C’EST DU VOL! s’exclame Mister Blabla devant le concessionnaire. Bon, ok alors c’est $1000 (parfois vous croyez que vous êtes à Manhattan mais en fait vous êtes au souk). Mais pas de ristourne sur le taux d’intérêt, parce que c’est un taux cadeau: 17%. Un excellent taux, Monsieur Blabla, si si, je vous assure.

Il y a l’assurance de la voiture aussi. $6000 pour 6 mois. « MAIS C’EST DU VOL! » s’exclame encore Mister Blabla. « Ca fait 15 ans que je conduis sans le moindre accident. Vérifiez avec mes précédentes assurances. »

« Ah oui mais vous n’avez pas le permis américain. »

« Ben évidemment que non, je suis Français, et je suis arrivé le mois dernier. »

« Pas de permis, pas de tarif d’assurance intéressant. Estimez heureux qu’une compagnie accepte de vous couvrir. » (sous entendu vous les européens qui avez appris à conduire dans un pays où il n’y a ni routes, ni eau courante, ni électricité).

Ou alors, un forfait de téléphone portable, tiens, bon exemple. A Londres, avant d’avoir un mobile de boulot (donc gratuit), j’avais un truc canon: le pay-as-you-go. Pour £20 je suis ressortie de la boutique Orange avec un téléphone et un forfait sans engagement que je recharge seulement quand j’ai dépensé mes £20 en coups de fils ou texto. Et s’il me faut 3 jours ou 3 mois pour venir à bout des £20, eh ben c’est pareil, je recharge quand j’en ai besoin. Jamais ils coupent mon numéro. Ici, déjà je ne suis rien (je n’ai pas encore de Social Security number) donc c’est Mister Blabla qui a dû me prendre mon téléphone, comme si j’avais 12 ans, mais en plus tu payes quand tu reçois des coups de fil. VE-RI-DI-QUE. Un boulet se trompe de numéro et m’appelle? 2 minutes en moins sur mon forfait. J’adore ce système. Tous les opérateurs font pareil, bien entendu, mieux vaut s’entendre entre voleurs, c’est nettement plus efficace.

Bon sinon, il y a une dizaine de jours, c’était le pompon, on a tenté le parking. 1er stop, on reste 45 minutes, donc on paye une heure, normal, c’est partout pareil. Mais 21 DOLLARS pour une heure, vraiment? Attendez. Le pompon d’or revient au 2ème stop. 22 dollars la DEMI-HEURE.

On est rentres dépités, et les mains vides en plus (inutile de préciser que le 2ème stop a été complètement improductif et qu’on aurait mieux fait de rentrer plus tôt et de manger plus de cupcakes miniatures).

Bon j’arrête je vais bientôt sauter par mon balcon du 32ème étage et ce serait pas raisonnable… Je vais oublier l’état de nos finances en allant voir sur Amazon si j’y suis, à demain, hein.

PS: je me demande combien de personnes parmi vous se disent qu’avec un 2ème salaire ça irait mieux, parce que je ne vois vraiment pas de quoi vous voulez parler. Sérieusement, payer une nounou pour s’occuper de Mini Miss Blabla entre 15h et 19h? Non, vraiment, entre un salaire – ridicule – de marketeuse, et le prix d’une baby sit, on arriverait presque à perdre de l’argent…

Publicités

4 Commentaires

Classé dans ils sont bizarres ces Americains, installation

4 réponses à “Comme une impression de racket

  1. Vio

    Vous auriez du venir a Dubai…. Tu vas finir par le regretter (ou pas;-) !!!) en tt cas, ici, c’est moins cher, la plage et le désert st gratuits, et on réellement tout négocier!!! Bises

  2. vous avez de la chance! ils devraient expliquer ce genre de trucs quand on prend nos décisions de déménagement!

  3. Mimi

    je kiffe cet article
    NYC n’a pas changé !!!!!
    surtout bon courage, tiens bon
    le japon c’etait un peu pres les meme prix !! mais NYC bat le record
    je me vois encore discuter avec un new yorkais et lui parler de la france !!! le mec me repond :  » la france ??? non je ne connais pas !!!  »

    je te kiss
    mimi de Nice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s