Vous connaissez la compote jaune?

La 1ère fois que le terme « compote jaune » fut mentionné dans le foyer des Blabla, c’était il y a quelques mois, quand mini miss Blabla allait chez Super nanny. Quand je lui demandais ce qu’elle avait mangé, elle me répondait très souvent « de la compote jaune ». Et à toutes les sauces, la compote jaune. Avec des fraises, des myrtilles ou des biscuits. Au petit déj. Au goûter. En dessert.

Il a rapidement fallu investiguer parce que 1/ avoir des dialogues de sourd tous les weekends avec sa fille qui demande qu’on achète de la compote jaune et faire semblant d’avoir oublié, ca va 3 ou 4 fois mais pas plus. 2/ quand mini miss blabla aime quelque chose, vu qu’elle est très difficile et légèrement mono maniaque, on ne passe pas à côté de l’occase et on achète des stocks de l’aliment en question. Jusqu’à ce qu’elle se lasse, ce qui peut prendre des mois. Voire des années (les pâtes froides sans sauce, sans sel, sans rien – rien n’y fait, elle adore toujours autant).

Apres avoir passe en revue les fruits jaunes (assez rapide), et joué aux devinettes au Sainsbury devant le rayon compotes et le rayon yaourts, j’ai tenté mon va-tout et j’ai demande à Super Nanny. Elle ne parle pas 3 mots de français mais quand mini miss blabla se prend de passion pour quelque chose, le mot passe généralement dans le vocabulaire courant (« belle-jupe« , « bébé-mauve« , etc.)

Oh yes! s’écria-t-elle. Compote-jaune is custard. Margaux loooooves it.

De la custard! L’espèce de crème anglaise épaissie que les Anglais mangent avec tout, mais quelle bonne idée! le truc qu’on peut trouver absolument partout en Angleterre, même dans une boutique de station service qui fait 4m2. La custard a donc investi notre frigo et n’en n’est jamais ressortie. Et à Paris, encore plus facile, on achetait de la Danette vanille.

Sauf qu’ à New York, pas de custard dans les supermarchés. Et bien entendu, pas de Danette.

TENTATIVE 1

Qu’est-ce que vous croyez? En bonne maman dévouée et attentionnée – et accessoirement désœuvrée, vous ai-je déjà dit que je suis FAF? – j’ai décidé de fabriquer moi-même de la custard à ma mini miss blabla. De la custard faite maison, quand elle va goûter ça elle va m’adorer. Je cherche la recette sur internet (custard, pas Danette vanille, n’essayez JAMAIS de faire de la Danette vanille maison, j’ai tenté c’était affreux), je fais mon marché, du lait entier, du sucre, de l’équivalent de Maizena, limite j’achète une gousse de vanille (mais le concentré ca marche aussi, donc pas besoin), et je fais épaissir sur feu doux comme il se doit. C’est bien relou mais il faut ce qu’il faut, je veux lui faire plaisir.

Le soir même, très très très fière de moi, je sors le petit pot de custard maison en théâtralisant la scène, roulement de tambour, feux d’artifice. « Regarde ma chérie! regarde ce qu’a fait maman! De la compote jaune! »

Coup d’œil dubitatif de l’intéressée. Pas de réaction.

« Eh, regarde! de la COMPOTE JAUNE! »

« Non merci j’en veux pas. »

« Ben attends, tu vas goûter quand même, d’habitude tu adores la compote jaune! Hein? »

« Oui, j’adore la compote jaune. »

« Ben alors, goûte, au moins. »

« Non, moi j’adore la com-pote jau-ne. JAUNE. » Et elle me montre le petit pot en roulant des yeux. « Ca, c’est pas jaune. »

Moi, déconfite, sachant déjà que ça ne sert a rien d’insister. Vu que c’est blanc cassé, limite jaune pâle, mais surement pas le jaune pétard de la custard.

TENTATIVE 2:

Bon, elle veut du jaune? Je vais lui en trouver, du jaune. Direction les puddings Jell-O, des espèces de desserts genre Mont-Blanc, c’est dans le rayon frais mais c’est pour faire semblant, les dates de péremption durent 6 mois. Et quand on s’appelle Jell-O, on sait faire du jaune. Je trouve les Jell-O vanille. Ils sont tout blancs. Avec des petites graines noires genre vraie gousse de vanille à l’intérieur! Rage! Désespoir! Pas la peine d’essayer.

TENTATIVE 3:

Je n’ai pas dit mon dernier mot et je persiste et signe avec la marque Jell-O. Je vais dans le rayon pâtisseries en kit et j’achète du Jell-O vanille en poudre. Il faut ajouter du lait, mélanger et – et quoi? c’est fini? pas de casserole? 5 minutes au frigo et c’est plié. Je suis une mère indigne. Mais c’est bien jaune.

La Jell-O en poudre passa le test haut la main, le jury a d’abord inspecté la couleur, puis l’odeur, puis a accepté de goûter avant de valider d’un petit signe de tête – oui, c’est bien de la compote jaune. Qui fut aussitôt engloutie.

J’ai ravalé ma fierté, ma conscience de mère indigne me tourmente chaque nuit mais je dois reconnaitre que Jell-O m’a sauvée.

Donc la prochaine fois, je ferai ça (crédit photo blog The Joys of JellO, allez-y rien que pour voir les photos, ça vaut le détour mais il faut avoir l’estomac bien accroché):

Quelque chose me dit que toute la famille va adorer.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans blablas miam miam, mini miss blabla

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s