Archives mensuelles : septembre 2011

Les biscuits noirs de New York

Pour parfaire notre panoplie de vraie famille américaine, j’ai acheté à Mini Miss Blabla (qui comme chacun sait a droit au régime full fat et donc zéro restriction sur le chocolat, le nutella, les frites ou les milk shakes) des Oreos.

Qu’elle a depuis rebaptisé « biscuits noirs de New York ».

Au début, comme pour toute chose nouvelle, refus de goûter.

Puis un jour de grande disette (on venait de terminer notre paquet de digestive au chocolat M&S qui datait de Londres), elle croqua un Oreo du bout des lèvres, puis s’enhardit et le finit complètement. Le weekend suivant, elle passait à un rythme de croisière de 2 ou 3 par goûter.

A cette époque (on parle d’il y a 2 semaines) elle les mangeait encore normalement. Puis elle s’est rendu compte que le milieu tout blanc était fichtrement bon, bien meilleur que le noir autour. Donc elle a commencé à manger ses biscuits n’importe comment en dégueulassant toutes ses fringues. (non mais quel genre de colorant ils mettent dans ce truc? du feutre indélébile noir?)

Et a fini un jour par me demander de lui ouvrir son Oreo, geste qu’elle ne maîtrise pas encore, pour pouvoir manger le milieu comme il se doit, bien séparé du noir.

Voilà ce que ça donne en images (animées, s’il-vous-plaît, c’est ça d’être FAF, on n’arrête pas le progrès):

Et voilà ce qu’on a fait la semaine dernière quand il a plu des seaux d’eau toute l’après-midi et qu’on n’a pas pu mettre les pieds au playground:

des Oreos en pâte fimo, parfaits pour le thé du soir juste avant de se coucher

Et voila ce qu’on a fait dimanche matin:

le gâteau aux Oreos!

(recette improvisée parce qu’on ne voulait pas finir avec un truc de 4 étages rempli de crème au beurre. On a quand même mis 12 Oreos dans une recette de 1/2 gâteau au yaourt, hum hum)

Et la cerise sur le biscuit noir, c’est quand mini miss Blabla a découvert les Oreos Double Stuf: même biscuits noirs, mais double blanc. La tête qu’elle a fait. Un peu comme si une princesse Disney était apparue sous ses yeux. (et c’est pas du marketing, je vous jure qu’ils ont vraiment mis 2 fois plus de truc blanc au milieu) (non, je préfère ne pas savoir ce qu’il y a dans le truc blanc du milieu…)

Allez, bonne journée, bons goûters et surtout bon weekend!

Publicités

2 Commentaires

Classé dans blablas miam miam

New York fashion show

Vous qui êtes en Europe, vous vous demandez sûrement quelles sont les tendances fashion du moment à New York.

Voilà, il suffisait de demander.

Fashion show NYC Autumn 2011.

(les talons rose fluo viennent de Primark, quand on voit une paire d’escarpins à £4, même rose fluo, on les achète en espérant qu’on osera un jour les porter. L’espoir fait vivre).

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Ma copine Coyote

Je savais que mini miss blabla se plairait à l’école et je savais qu’elle se ferait des copains et des copines.

Je savais aussi qu’il ne fallait pas l’assommer de questions chaque soir, genre inquisition espagnole, il parait qu’il faut laisser les enfants respirer, qu’ils aient leur jardin secret, tout ça.

Donc au début j’y allais mollo:

« Alors ma chérie, tu t’es fait des copines à l’école?

Oui, plein!

Ah super! et comment elles s’appellent?

Je sais pas. »

Bon, je n’insiste pas, je me dis que c’est normal, ça fait seulement 3 jours qu’elle va à l’école, elle est dans une école anglaise internationale donc sa classe est composée de petits anglais/ américains/ brésiliens etc., donc les prénoms ne ressemblent probablement à rien.

Avec des pincettes, je repose les mêmes questions jour après jour: Nouvelles copines? Oui. Comment elles s’appellent? Je sais pas.

Après une semaine, quand même, avec Mister Blabla, on se demande quoi. Peut-être qu’elle reste toute seule tout le temps et qu’en fait elle n’a pas de copines. Peut-être que personne ne lui parle parce qu’elle est française. C’était peut-être une mauvaise idée, cette école british. En même temps, j’entends encore le ricanement de la responsable des admissions de maternelle du Lycée français de New York quand j’ai appelé en juin pour savoir s’il restait de la place en moyenne section pour la rentrée de septembre. Mais enfin madame, vous n’y pensez pas, on est en juin. Les inscriptions se font à partir de septembre pour l’année suivante, vous pouvez consulter notre site internet.

Ben ouais, lui ai-je répondu, je sais qu’on est en juin, figure-toi que je suis une grosse flemmarde doublée d’une mère indigne et que j’ai attendu la dernière minute pour inscrire ma fille à l’école. Ca fait 3 jours qu’on sait qu’on va à NY grosse bitch, si tu crois que ça m’amuse de chercher une école à manhattan, en vivant à Londres, 10 jours exactement après avoir reçu la lettre bénie qui confirmait que mini miss blabla était prise dans la super école en face de chez nous! (lettre qu’on attendait depuis 2 ans, je précise).

Passons. La British School, c’était la meilleure école qu’on puisse trouver à 2 mois de la rentrée des classes.

Mais les jours passent et toujours pas de prénoms de copines de mini miss blabla.

Et puis un jour, miracle.

« Maman, je suis trop contente, j’ai vraiment une super copine à l’école. Je l’adore.

Aaaaaaah super! Je suis bien contente!!! Et elle s’appelle comment ta nouvelle copine?

Coyote. »

Blanc.

« Comment tu as dit qu’elle s’appellait ta super copine?

Coyote. » Elle articule et répète encore une fois: « Co-yote. »

Mini miss blabla sait ce qu’est un coyote, étant donné qu’elle a appris le mot la semaine avant la rentrée des classes devant un épisode bien flippant de Bouba où des coyotes sont à 2 doigts de se faire Bouba et Frisquette pour le petit déj, jusqu’à ce que l’énoooooorme maman ours Amandine vienne les sauver.

« Coyote? Comme un coyote?

Oui, exactement comme un coyote de Bouba, c’est drôle comme nom hein maman? »

Ah ça, c’est le moins qu’on puisse dire.

A partir de ce moment là, quand j’allais chercher mini miss blabla ça n’en finissait plus: Coyote a fait de la pâte a modeler avec moi, Coyote a donné le biberon aux bébés avec moi, Coyote elle est trop drôle, Coyote elle est comme moi elle n’aime pas les petits pois.
Coyote est donc totalement entrée dans nos vie, ou plutôt dans notre appart du 32eme étage: Coyote prenait le gouter avec nous, Coyote était invitée aux supers repas de fête du soir, Coyote jouait au playground avec nous. Ensuite nous sommes passés à la phase où Mini Miss Blabla m’a fièrement déclaré qu’elle changeait de nom et qu’elle s’appelait Coyote. Donc elle ne répondait plus quand je l’appelais Margaux.

Tout ça pour une copine imaginaire.

Jusqu’au jour où j’ai cru que étais entourée de personnes schizophrènes, quand la maitresse m’a dit en souriant: « Ah! Margaux and Coyote are really good friends, you should see them during the day! So cute!

Sorry?

Margaux and Coyote. They’re very good friends.

Margaux and WHO?

Coyote! » Et elle me montre une petite fille avec un autocollant Colette sur son pull.

Alleluiah! Mini Miss blabla est saine d’esprit et a une vraie copine à l’école. Colette. Trop mignonne. Une petite française, d’où l’amitié, vu qu’elles papotent en français toute la journée apparemment.

Le problème, c’est que depuis, nous sommes passés à la phase ou moi-même, ainsi que Mister Blabla, devons également changer de nom et nous appeler Coyote (j’ai suggéré maman coyote et papa coyote, mais non, ce fut sèchement refusé). Et chaque soir il y a également  des hordes de coyotes à l’affut qui essayent de rentrer chez nous pour nous dévorer. Et il y a toujours la copine Coyote à l’école. Bref, pratique. Source de quelques énervements au cours de discussions lunaires où « coyote » est le sujet de 4 verbes différents. Et gare à celui qui accueille un/des coyote(s) à bras ouverts alors qu’il faut barricader portes et fenêtres sous peine de se faire manger. Crise assurée.

Vraiment, passez nous voir à New York. Sous réserve que vous ayez les nerfs solides et que des centaines de discussions quotidiennes centrées autour du mot coyote ne vous effraient pas.

PS: sur la photo c’est un renard, mais mini miss blabla ne sait pas encore lire, et en voyant cet aimant elle s’est bien sur exclamée: « c’est un coyote! comme ma copine Coyote! »

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Mon nouveau magasin préferé

Après une petite balade à Union Square (si vous suivez, c’est là où il avait le marché), la Blabla famille décide de rentrer à pied et tombe sur un magasin qui ne paye pas de mine.

On rentre.

Une armée de gants de ménage en porcelaine nous saluent donc on se demande dans quel genre de magasin on est:

On avance, et là, je ne peux pas vous expliquer ça, ce fut le coup de foudre au deuxième regard (vu qu’au premier regard on a croisé des gants de ménage).

Nous étions dans la caverne d’Ali Baba du plat, que dis-je, dans LE seul, l’unique, le vrai paradis de la cuisine.

En moins de deux, mini miss blabla était aussi in love et arpentait toutes les allées pour regarder de plus près chaque plat, bol ou torchon.

Il a fallu me trainer par les pieds pour me faire sortir de là et ne pas acheter tout le magasin…

         

Résultat: chez les Blabla, on a inauguré un nouveau concept: la déco par le torchon.

Le nom ne fait pas rêver mais c’est très efficace, non? Enfin nous on trouve.

1 commentaire

Classé dans on fait les touristes

J’ai d’autres poissons à frire

Je sais pas très bien comment je me débrouille mais plus je suis FAF (Femme Au Foyer, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore), plus j’ai de trucs à faire. Alors que ça devrait être l’inverse et que je devrais glandouiller sur le canap en lisant tous mes ELLE en retard depuis le mois de juin (on apprend qu’on part à New York et d’un coup, on néglige les choses essentielles pour se consacrer à des broutilles de recherche d’école ou d’appart).

Bon je vous donne un indice: mini miss Blabla a des devoirs.

Et c’est à rendre pour demain.

Et je peux vous garantir que la miss elle dort depuis 2 bonnes heures, donc c’est la maman qui s’y colle (ne hurlez pas, on a fait le boulot ensemble elle et moi, mais y’a de la mise en page, et c’est écrit noir sur blanc « Please help the chidren with this homework »)

Donc ce soir j’ai des millions de poissons à frire et comme chacun sait je déteste me coucher tard… je saute opportunément sur l’occase pour vous ressortir le billet facile de l’expression anglaise (oui oui, il m’en reste) et je reviens avec d’autres blablas lundi! Promis, vous aurez le détail des devoirs niveau moyenne section de maternelle.

Bon weekend!

Poster un commentaire

Classé dans un peu d'anglais

Installation dans le nouvel appart – #2 (la douche)

Les Américains, ils ont des trucs pas comme nous.

Par exemple, leur douche, c’est un pommeau de douche, tout bête, accroché tout en haut du mur de la douche, et voilà. Démerde-toi avec ça. Quand on est grand, ça marche (enfin, même pour moi ça marche, donc on peut généraliser: quand on est adulte, ok, ça va).

Mais quand on fait moins d’1 mètre 50 ça commence à se compliquer sérieusement. Et si par exemple on fait 93 cm c’est super relou, en fait.

Je vous le fais en images. Parfois les images c’est mieux que les blablas (vous voyez, je vous avais promis de la nouveauté dans le blog version New York!)

Voila une illustration très travaillée d’une douche américaine:

Et voilà ce que ça donne quand on est grand – enfin, adulte: on peut aller sous l’eau

et aussi hors de l’eau, ce qui est pratique, il faut l’admettre, quand on veut se savonner, ou ne pas avoir les cheveux mouillés:

Mais quand on fait 93cm, on peut soit aller sous l’eau (ce qu’on déteste quand on fait 93cm, l’eau dans les yeux c’est désagréable, et le savon dans les yeux n’en parlons pas)

soit aller sous l’eau:

Bref, j’ai géré 4 soirées de cris (AIE maman j’ai du savon dans les yeux), de chouinage (mais maman J’AIME PAS quand l’eau elle coule sur mon visage TOUT LE TEMPS), de ralage (maman c’est nul je peux pas faire de la mousse avec mon savon, la pluie de la douche elle enlève tout) etc.

Et je ne vous parle pas de la douche on-ne-se-lave-pas-les-cheveux-ce-soir (les cheveux étaient trempés mais pas lavés, soit une bonne odeur de chien mouillé – non je n’ai pas de charlotte en plastique dans mes placards et ce n’était certainement pas le moment d’en chercher une quand 80% de notre appart était encore dans les cartons). Seul le bain pourrait passer, mais re-situation extrême au moment de laver les cheveux de la personne de 93cm (allez lève-toi maintenant. Non, pas pour sortir du bain, pour te laver les cheveux. Je sais, tu n’aimes pas cette douche. Mais tes cheveux sont sales) (et sentent le chien mouillé).

Donc après moult insistances auprès du père de famille, on sort la pince, et là miracle, on se rend compte qu’on peut dévisser le pommeau-tout-bête. Et le remplacer par une innovation du 3eme millénaire dont il faudrait parler aux Américains:

Qui convient parfaitement, quand on mesure 93cm, pour aller complètement sous l’eau:

Ou prendre une douche sans se laver les cheveux:

ou se laver les pieds quand on a joué pieds nus sur la terrasse toute la matinée mais qu’on va quand même pas prendre une vraie douche parce que c’est pas le moment:

Je crois que même si j’étais une Américaine pure souche, après lecture de ce billet j’aurais envie de me précipiter dans un magasin pour acheter une douche tuyau. Je vais donc déposer mes illustrations à la propriété intellectuelle et tourner une pub de téléachat. Ensuite je régnerai sur l’empire financier de la douche-tuyau et Mister Blabla pourra démissionner et ENFIN arrêter de consacrer ses journées à des détachants et à des tablettes pour lave-vaisselle!

1 commentaire

Classé dans ils sont bizarres ces Americains

WOUAH LA BANNIERE!

Pleine d’étoiles, de Coca-Cola et de lumières qui clignotent. Il fallait bien ça pour NYC non? (je suis sympa je vous ai épargné les photos de gros hamburgers dégoulinants de ketchup, j’ai pensé à ceux qui jettent un oeil sur ce blog de bon matin.)

7 Commentaires

Classé dans Uncategorized